Mourir. Bande de caves.

Bonjour. J’aimerais ça aller me promener dans l’bois avec la neige qui craque sous les pieds «siouplait». Krik krak krok : des Rice Krispies sous mes souliers dans le gros bol de lait qu’est l’hiver tsé.

Quand on fait des métaphores avec des céréales, c’est qu’il est temps de se ventiler la tête avec du vrai vent. Pas le vieux vent usagé de Montréal qui arrive pas à sortir d’entre les rangées de building, pis qui tourne, pis qui se retourne, pis qui arrive pas à dormir. Non. Le jeune vent du bois des lacs en plein milieu. En plein milieu du lac. T’es pas Jésus, c’est juste glacé.

T’es peut-être pas Jésus, mais ça te donne des impressions de nuages, c’est trop blanc beaucoup, pis tu t’entends trop respirer. Ça te rappelle que tu vis pour vrai. Pas pour de faux.

J’l’écrirai peut-être pas dans le ciment d’un théâtre à Québec, mais c’est quand même un peu con de se prendre pour Jésus, pis de s’écouter respirer pour se rappeler de vivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s